Tous les Israéliens sont complices de l'occupation

12

Nous tous, chaque Israélien, avons défilé à Homesh l’autre jour. Nous tous, chaque Israélien, avons défilé à la marche des drapeaux à Jérusalem mercredi. Nous tous, chaque Israélien, sommes des colons. Il n’y a pas d’autre façon de décrire la réalité. Quiconque pense qu’il ne s’agit que d’une petite minorité violente de colons à laquelle la plupart des gens n’ont aucun lien, quiconque pense qu’il s’agit d’une partie éloignée de la terre, d’une arrière-cour sombre qui n’a aucun lien avec la vitrine, se ment complètement à lui-même.

Comme il est agréablement faux de penser que ça ne peut pas être nous, que c’est eux ; comme il est agréablement faux de penser que nous, les éclairés, n’avons aucun lien avec cela, que le gouvernement ne fait que céder à leur folie.

Dans toute extorsion, il y a l’extorqueur et l’extorqué. Ce n’est pas nous, ce sont ces autres personnes avec les grandes kippas et les longues papillotes, avec les Sheitels des femmes et les écoles religieuses pour filles. Qu’est-ce que Homesh a à voir avec nous ? Ou le Mont du Temple ? Il est vrai que la plupart des Israéliens n’ont jamais mis les pieds dans l’un ou l’autre de ces endroits, et que beaucoup n’ont probablement aucune idée de l’endroit où se trouve Homesh, mais la vérité est que nous sommes tous là. Nous portons tous la responsabilité.

Chaque drapeau provocateur de Homesh, et tous ceux qui sont brandis sur le Mont du Temple, portent tous nos noms. On ne peut pas s’asseoir à Tel Aviv en sirotant un café au lait de soja, en gloussant et en se plaignant : « Qu’est-ce qui va se passer avec ces colons ? Ils ruinent ’notre’ pays. » On ne peut pas non plus siéger dans un gouvernement qui supervise tout cela et dire que c’est un gouvernement de changement. Si quelqu’un a encore besoin de la preuve qu’il n’y a aucune différence entre ce gouvernement et ses prédécesseurs, il suffit de regarder Homesh.

Benny Gantz aurait dû fermer Homesh. Omer Bar-Lev aurait dû disperser les drapeaux. Yair Lapid est aussi monté à Homesh. Nitzan Horowitz a également participé à la marche des drapeaux et Merav Michaeli a également frappé des vieillards avec des bâtons sur la place de la mosquée. Ils sont partie prenante de toutes ces choses. Idit Silman et Itamar Ben-Gvir ne marchent jamais seuls. Il y a l’Armée de défense d’Israël qui les protègent, la police israélienne qui ne les arrête pas et un gouvernement qui ne lève pas le petit doigt. Par conséquent, nous étions tous à Homesh.

C’est ce qu’on appelle être complice d’un crime. Pas seulement le fait de ne pas empêcher un crime, ce qui est aussi un délit pénal, mais l’aide à la commission du crime lui-même. L’article 26 du Code Pénal stipule : « est considéré comme partie au délit celui qui, présent ou non au moment où le délit est commis, accomplit ou omet d’accomplir un acte quelconque dans le but de permettre ou d’aider une autre personne à commettre le délit ». Faut-il en dire plus ? La manifestation provocatrice à Homesh était méprisable. C’est l’apartheid dans sa forme la plus pure et une gifle au visage de la Haute Cour de Justice. Elle témoigne d’un plus grand mépris de la loi que ce qu’impliquent les accusations portées contre Benyamin Netanyahou.

C’est de l’apartheid parce que les propriétaires palestiniens de Homesh ne peuvent même plus rêver d’une marche similaire sur leurs terres, même pas pour une visite éclair. Et c’est un mépris de l’État de droit parce que la Haute Cour a statué il y a des années que cette terre devait être rendue à ses propriétaires. Et alors, qu’est-ce que ça fait que la cour ait rendu un jugement ? C’est comme si un tribunal envoyait un criminel en prison et que le criminel disait : je n’ai pas à écouter le juge. C’est ce que dit la marche sur Homesh. C’est ce que disent le gouvernement, l’armée et la police qui permettent que cela se produise.

C’est aussi dire plus de terreur avec justification. L’autre jour, Ettya Dimentman, la veuve de l’homme tué lors de la récente attaque terroriste à Homesh, s’est tenue sur cette terre volée et a appelé à la reconquête du Sinaï. Plutôt que d’exhorter les envahisseurs à quitter immédiatement la montagne imprégnée du sang de son mari, à faire justice et à rendre la terre à ses propriétaires légitimes, cette veuve veut plus de sang et plus de veuves comme elle. Quel autre recours ont les propriétaires des terres de Burqa pour récupérer leurs biens ? Et comment se sentent-ils lorsqu’ils sont emprisonnés dans leur village pendant que les voleurs célèbrent le pillage des terres volées, le tout sous la protection de l’armée et de la police ? Plutôt que d’emprisonner les pilleurs et de protéger les habitants de Burqa lorsqu’ils retournent dans leur montagne pour faire la fête, « l’État non-apartheid » fait exactement le contraire.

Que devons-nous dire aux habitants de Burqa ? Que devons-nous nous dire à nous-mêmes ? Ne dites pas simplement : C’est les colons, ce n’est pas nous.

Traduction : AFPS

SourceFRANCE-PALESTINE.ORG

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici