Vaethanan 5781: ce qui nous semble juste (vidéo)

LES + VUS CHEZ LES PRO

La tristesse des 9 premiers jours de ce mois de Av est passée, nous nous acheminons vers le 15 Av qui est une date faste, une période où se concluent des alliances, des mariages.

Au terme du jeûne, on procède à la bénédiction de la lune un peu comme nous le faisons au terme du jeûne de Kippour. Et, effectivement, dans deux mois, nous serons à Kippour, le 10 Tishri…..

Le titre de cette parasha « vaethanan » qui signifie « j’ai supplié » traduit l’angoisse d’un homme d’une stature particulière puisqu’aucun être ne s’est élevé au-dessus de Moshé Rabbénou… Aucun. Pas même certains tsadikim (grands sages) vers lesquels sont dirigées nos prières à certaines dates ou à certaines occasions.

Quelques exégètes tirent une leçon de ce mot « vaethanan » pour penser que la valeur numérique du mot indique que Moïse a prié 515 suppliques pour qu’HaShem lui pardonne cette faute d’avoir frappé le rocher au lieu de lui avoir enjoint de donner de l’eau selon les indications du Saint béni soit-IL.

D’autres commentateurs tirent leur enseignement d’un autre fait très particulier : le cinquième livre du Pentateuque « Devarim » porte une autre appellation : « sefer HaYashar » (livre du Juste).

Pourquoi ce titre dirions-nous ? Certains avancent le fait que c’est en souvenir des trois patriarches : Abraham Isaac et Jacob surnommés les « Yesharim » ou les (personnes) droites… mais certains autres ont répertorié les nombreux versets qui expriment l’idée que nous devons agir d’après les préceptes de la Torah et donc d’après ce qui semble être juste à nos yeux…. (hayashar beêynékhהישר בעיניך ).

Or, ce mot « hayashar » est d’une valeur numérique de 515 tout comme le mot tefila ou תפלה ceci permettrait d’avancer l’idée selon laquelle la notion de tefila permet à l’homme non seulement de se retrouver lui-même puisque la racine palal indique le fait de faire un retour sur soi-même, en fait pour se retrouver et rejoindre l’essence à partir de laquelle l’âme a été façonnée.

La prière a été instaurée à la place des sacrifices journaliers qui avaient lieu au beith HaMikdash et qui ont été supprimés dès que fut détruit le Temple de Jérusalem. Or, le mot sacrifice en hébreu : korban קרבן vient de la racine karov : proche/approcher et le sacrifice est une façon de se rapprocher d’HaShem. Par la tefila ou prière on se rapproche également de l’Eternel. VaEthanan a écrit Moïse « j’ai supplié » il a adressé 515 suppliques à l’Eternel, lui, le prophète surnommé « l’homme de D » (Ish HaElokim) lui, l’homme qui fut de toute l’histoire du monde l’homme le plus proche du divin et c’est parce qu’il était très proche du Tout Puissant que sa faute ne lui fut pas pardonnée. Cette faute fait, en quelque sorte, jurisprudence.

Mais il ne suffit pas à l’homme de faire ce qui lui semble juste il faut AUSSI que cela soit juste « aux yeux d’HaShem » pour que toute action soit bénie au contraire de ce qu’avaient fait certains personnages du royaume d’Israël lors du schisme et qu’il est écrit : « ils firent ce qui déplaît aux yeux de l’Eternel ».

Car, si toi, Israël, tu fais ce qui est droit (et bien) aux « yeux d’HaShem », IL te le rendra en bien ייטב לך«  ainsi que le remarque le Ramban (Nahmanide) car, insiste-t-il, IL aime ce qui est bien et droit.

Nous ne pourrons faire valoir notre droit de propriété sur cette terre, uniquement si nous nous conduisons selon les préceptes contenus dans la Torah. Cette terre s’appelle ISRA –kEL en hébreu on lira : YASHAR – kEl c’est-à-dire ce qui est droit pour D.

Lorsque Jacob lutta contre l’Ange son nom fut changé en Israël mais le Patriarche qui fut victime de toutes les turpitudes commises par son beau-père, reçut un autre nom : YESHOUROUN donc la racine est aussi YASHAR droit : ישר. Dans l’absolu, cette terre a été attribuée au peuple juif qui sera pleinement maître de cette Terre lorsque l’ensemble de la nation comprendra qu’il faut être en symbiose avec la Torah et les préceptes qu’elle contient.

Cette sidra étant toujours lue APRES 9 beav, les Sages se posent des questions justement parce que cette péricope contient une lecture des dix paroles et le texte en rapport avec le devoir du Juif de lire le SHEMA ISRAEL deux fois par jour (il est dit en te couchant et en te levant). Et, cette lecture nous sert non seulement de point d’ancrage mais aussi de preuve, de témoignage, c’est un acte de foi, une proclamation qui nous accompagne jusqu’à la fin.

Les 613 mitsvoth que nous lisons tout au long de l’année se divisent en catégories : houkim, edouyoth….. et le mot shéma qui se termine par la lettre Ayin et le mot Ehad qui se termine par un daleth forme le mot témoin Ed (edouyoth). En nous conduisant comme l’indique la Torah, avec Amour, sans jalousie, sans envie, sans rancœur, sans vengeance, sans haine, nous nous rapprochons du portrait du juif idéal, fidèle à son Créateur, à sa loi et à ses frères.

Lors de la promulgation des Dix Paroles, les sens de la vue et de l’ouïe ont été mis en évidence et ont été exacerbés au point qu’il est écrit qu’ils ONT VU les Dix Paroles bien que chacune des paroles divines ait été accompagnée de tonnerres de sons de shofar et du craquement des éclairs. Ici, dans VaEthanane la parole est ajoutée car c’est ici l’occasion saisie par le Prophète, cet Homme de D, de s’exprimer dans un langage humain traduisant toutes les sensations de l’Homme qui s’est rapproché de la perfection jusqu’à l’extrême.

Le comportement des Patriarches et des Matriarches aussi, devrait nous permettre de calquer nos actes et nos réactions sur ces êtres d’exception qu’ils furent, et toujours être prêt à donner le bénéfice du doute, à excuser, à autoriser les exceptions. Ne jamais céder trop vite à la colère et être toujours prompt à pardonner, à réconcilier…. Etre toujours prêt à reconsidérer ses propres actions, et ne pas céder à l’orgueil, à l’arrogance.

Si le Pharaon de l’Exode n’avait pas cédé à son orgueil démesuré et à sa colère il aurait pu considérer les choses différemment….

C’est ce que nos Sages nous enseignent en nous recommandant de ne pas être jaloux car la jalousie nous entraîne trop loin en dehors des limites qu’HaShem peut supporter.

La longue prière de Moïse n’a pu changer le destin du prophète qui désirait tant entrer dans ce pays de lait et de miel… Il envisagea même les choses différemment en appelant la Miséricorde divine sur Yokhéved qui vécut une vie exemplaire, en appelant la Miséricorde sur elle qui était donc âgée de plus de 210 ans et qui entra dans le pays et y vécut encore malgré le décès de ses enfants. Mais HaShem expliqua, à son fidèle serviteur, les choses ainsi : le laisser entrer en Erets Israël lui seul et sans Aharon ne serait pas juste ; de plus, il fallait qu’il soit enterré en dehors d’Israël pour pouvoir se remettre à la tête de ceux qui sont sortis d’Egypte et n’ont pu pénétrer dans le pays et d’autre part, pour rassembler tous ces millions de Juifs morts en dehors du pays….

Caroline Elishéva REBOUH.

SourceJFORUM.FR

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER ARTICLES POPULAIRES

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE CETTE SEMAINE

Rejoignez nous sur Facebook