La source de cet article se trouve sur ce site

Saki Kumagai est ici à la lutte avec la Parisienne Sara Däbritz, lors du Trophée des championnes en septembre. — Fred TANNEAU / AFP

  • A la 49e minute de jeu d’OL-PSG samedi, Saki Kumagai a inscrit l’unique but de la rencontre d’une belle tête sur corner (1-0).
  • Précieuse autant à la récupération qu’à l’organisation, l’internationale japonaise fait l’unanimité dans le vestiaire lyonnais.
  • Extrêmement discrète en dehors du terrain, Saki Kumagai a tout de même offert la Coupe du monde 2011 au Japon puis la Ligue des champions 2016 à l’OL après un tir au but décisif.

Au Parc OL,

Elle a beau être une pièce maîtresse de l’OL depuis plus de six ans, Saki Kumagai n’est vraiment pas du genre à se mettre en avant dans les médias ou sur les réseaux sociaux. Extrêmement discrète en dehors des terrains, l’internationale japonaise de 29 ans a préféré ne pas prendre part à la zone mixte samedi soir. Et ce même si elle a été l’unique buteuse du choc de la saison de D1 face au PSG. La précieuse milieu défensive a donc seulement prouvé sa timidité, et sa pratique limitée du français, au micro de Canal+ au moment de rejoindre les vestiaires. « Je suis très contente, j’ai pu aider mon équipe. Ces trois points sont très importants, on est en tête », a-t-elle sobrement lâché.

Bon, clairement, ce sont les autres qui parlent le mieux de Saki Kumagai. Son premier entraîneur à Lyon, Patrice Lair, qui avait tenu à la faire venir de Francfort, nous confiait dès son arrivée : « C’est un phénomène, on n’a pas l’habitude de voir ses passes du cou-de-pied, même au plus haut niveau chez les garçons ». Un drôle de compliment résumant bien l’apport technique de cette polyvalente joueuse, tout autant défenseuse que milieu durant ses six premières saisons en France.

Pour Jean-Luc Vasseur, « c’est une joueuse exemplaire »

A en croire sa prestation de patronne contre le PSG samedi, la voilà peut-être sur le point de franchir un nouveau cap avec Jean-Luc Vasseur. « C’est une joueuse exemplaire, indique l’entraîneur lyonnais. Nous sommes ravis de son très gros match et du fait qu’elle ait été décisive. Ça veut dire que toutes nos joueuses sont dangereuses. » Car si Saki Kamagai a signé une pointe à 11 buts inscrits en 2016-2017 (toutes compétitions confondues), elle est depuis loin d’être une menace offensive majeure, au sein d’une telle armada à l’OL (Hegerberg, Le Sommer, Marozsan, Majri…), avec seulement huit buts au total entre 2017 et samedi.

« C’est un régal de jouer avec Saki au milieu, apprécie Amandine Henry. C’est une joueuse de l’ombre, elle ne fait pas de bruit mais elle travaille énormément. On n’a pas l’habitude de la voir marquer. Mais quand elle marque, ça fait mal, son but a tout déclenché. » Le PSG ne pourra qu’approuver en regrettant longtemps cette 49e minute de jeu. Anticipant parfaitement la trajectoire du corner de Dzsenifer Marozsan, Saki Kumagai a échappé à Formiga pour placer un coup de tête en pleine lucarne de Christiane Endler (1-0).

« C’est peut-être le plus beau but de sa carrière »

« C’est bien pour elle, elle est en pleine confiance en ce moment, estime Amel Majri. Elle nous délivre aujourd’hui et elle était partout, à la récupération comme à la construction. » Une activité et un sens de la distribution impeccables qui lui valent une pluie d’éloges de la part de ses coéquipières. « Elle a été grande et décisive ce soir, insiste Ada Hegerberg, qui a de son côté buté sur la solide défense parisienne. C’est peut-être le plus beau but de sa carrière. »

Le 26 mai 2016, Saki Kumagai a marqué de son empreinte le troisième sacre européen de l'OL en inscrivant le tir au but décisif durant la séance contre Wolfsburg. Le 26 mai 2016, Saki Kumagai a marqué de son empreinte le troisième sacre européen de l’OL en inscrivant le tir au but décisif durant la séance contre Wolfsburg. – GIUSEPPE CACACE / AFP

En tout cas, il y a une sacrée concurrence niveau buts clutch. Car si là aussi, l’intéressée s’est débrouillée pour ne pas prendre la lumière comme elle aurait pu, elle a respectivement offert la Coupe du monde 2011 au Japon et la Ligue des champions 2016 à l’OL en inscrivant le tir au but décisif en finale. Pas si mal pour « une joueuse de l’ombre », non ?

Sport

OL-PSG : Les Lyonnaises toujours au top… Un but de Kumagai leur permet de faire la course en tête en D1, comme d’habitude (1-0)

Sport

OL-PSG: « Après deux ans comme latérale, ça commençait déjà à me soûler », admet Amel Majri, enfin épanouie au milieu

17 partages

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here