La source de cet article se trouve sur ce site

Le cimetière de Bondy (Seine-Saint-Denis). (Illustration)

Le cimetière de Bondy (Seine-Saint-Denis). (Illustration) — Google Maps

C’est un agent communal qui a fait la découverte, mercredi midi. Neuf tombes, appartenant pour la plupart d’entre elles à des membres de la communauté des gens du voyage, ont été vandalisées au cimetière de Bondy (Seine-Saint-Denis), a annoncé mercredi la préfecture de Seine-Saint-Denis dans un communiqué.

La piste crapuleuse privilégiée

Les sépultures ont été ouvertes par les auteurs du sinistre. L’enquête a été confiée au commissariat de Bondy, qui privilégie la piste du « motif crapuleux », selon une source policière citée par l’AFP. « La tradition veut qu’on enterre nos morts avec leurs bijoux, la montre ou la chaîne qu’ils portaient de leur vivant », explique le frère d’un défunt au Parisien.

>> A lire aussi: De 8 à 18 mois de prison avec sursis pour les cinq accusés de la profanation au cimetière juif de Sarre-Union

Une cinquantaine de gens du voyage se sont donc spontanément rassemblés aux alentours du cimetière et se sont entretenus dans le calme avec la commissaire chargée de l’affaire. « Le préfet de la Seine-Saint-Denis condamne, avec la plus grande fermeté, ces profanations et souhaite assurer toutes les familles, affectées par ces actes, de son soutien et de la mobilisation des pouvoirs publics », a déclaré de son côté le préfet de Seine-Saint-Denis.

Un incident similaire avait déjà eu lieu en Seine-Saint-Denis lorsque, en 2016, quatre tombes de gens du voyage avaient été vandalisées au cimetière de Les Pavillons-sous-Bois. En 2014, le ministère de l’Intérieur avait dénombré 216 atteintes à des cimetières, rapportait Le Figaro.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.