La source de cet article se trouve sur ce site

Publié le : Modifié le :

L’armée israélienne a bombardé samedi dans la bande de Gaza des positions du Hamas, mouvement islamiste palestinien resté à l’écart cette semaine d’affrontements avec Israël, témoignant de la fragilité d’un cessez-le-feu en vigueur.

Publicité

L’armée israélienne a annoncé tôt samedi 16 novembre de nouvelles frappes sur Gaza après des tirs de roquettes vers Israël depuis l’enclave, malgré un cessez-le feu en vigueur depuis deux jours.

Peu après 5H00 (3H00 GMT), elle a expliqué avoir intercepté selon elle deux roquettes grâce à son bouclier antimissile « Iron Dome ». Mais, changement important depuis le début de la semaine, Israël a dit avoir visé des « cibles du Hamas » et non du Jihad islamique, mouvement islamiste jugé plus radical mais moins puissant que le premier.

Selon des sources sécuritaires palestiniennes, les frappes israéliennes visaient deux sites du Hamas dans le nord de cette enclave trois fois grande comme Paris et où vivent deux millions de Palestiniens sous blocus israélien.

Fin de la trêve

Ces frappes interviennent après une trêve conclue entre Israël et le Jihad islamique mettant fin à deux jours d’affrontements sans précédent depuis plusieurs mois. Les hostilités ont éclaté mardi après un raid de l’aviation israélienne qui a coûté la vie au chef militaire du mouvement à Gaza.

Le bilan des deux jours d’affrontements, communiqué par les services médicaux de l’enclave, s’élève à 34 morts, côté palestinien. Huit enfants et trois femmes figurent parmi les victimes, qui sont pour moitié des civils, ont-ils souligné.

Côté israélien, où des centaines de roquettes se sont abattues, on déplore plusieurs dizaines de blessés. Les tirs en provenance de la bande de Gaza ont en outre paralysé le sud du pays pendant deux jours.

De son côté, le Hamas avait décidé de ne pas prêter main forte au Jihad islamique, le mouvement ne souhaitant vraisemblablement pas compromettre une trêve avec Israël – négociée sous l’égide de l’ONU, de l’Egypte et du Qatar – prévoyant des millions de dollars en aide mensuelle.

Avec AFP et Reuters

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here