La source de cet article se trouve sur ce site

C’est à nouveau le chaos à l’aéroport international de Hong Kong. La police en tenue anti-émeutes est arrivée sur place vers 23 heures locales. Les manifestants présents sur place se sont opposés aux policiers.

Plus tôt dans la journée, tous les vols au départ de l’aéroport international de Hong Kong ont été supprimés. Seuls les vols pour lesquels l’embarquement était terminé ont pu partir. Mais pour les autres, les autorités aéroportuaires ont suspendu à 16H30 toutes les procédures d’enregistrement car des manifestants pro-démocratie ont bloqué les terminaux pour la deuxième fois en deux jours. Des vols ont toutefois pu continuer à atterrir et à décoller pendant l’après-midi jusque 17H15.

Tandis que des dizaines de milliers de passagers étaient pénalisés par cette nouvelle action coup de poing des contestataires, la Chine a accentué la menace d’une intervention, au travers de vidéos diffusées par ses médias officiels montrant des forces se massant à la frontière de la région semi-autonome.

L’ex-colonie britannique traverse sa plus grave crise politique depuis sa rétrocession à Pékin en 1997. Parti début juin du rejet d’un projet de loi hongkongais qui entendait autoriser les extraditions vers la Chine, le mouvement a considérablement élargi ses revendications pour dénoncer le recul des libertés et les ingérences de Pékin dans les affaires intérieures.

Au cinquième jour d’une mobilisation sans précédent à l’aéroport, les contestataires ont obstrué les allées et les passages conduisant aux zones d’embarquement des deux terminaux.

« Egoïstes! »

« Je soutiens votre cause (…) mais je dois aller voir ma famille« , criait un homme entouré de manifestants vêtus de noir -la couleur emblématique du mouvement- qui l’empêchaient d’atteindre les contrôles de sécurité menant à la zone internationale.

Certains passagers affirment qu’on leur a dit de se rendre aux contrôles de sécurité du terminal 1 pour gagner ensuite le terminal 2 d’où partait leur vol. Mais ils sont tombés sur davantage encore de manifestants au terminal 1. Ces derniers ont utilisé des chariots à bagages pour bloquer l’accès d’un ascenseur et d’un escalator descendant à la zone des contrôles de sécurité. Ils ont ensuite formé une chaîne humaine, en se tenant par les coudes pour empêcher les passagers de passer. Des voyageurs en colère ont tenté de forcer le passage, traitant les manifestants d' »égoïstes« .

Hong Kong est le huitième aéroport international le plus fréquenté au monde, avec 74 millions de voyageurs en 2018.

Risque d’escalade

La cheffe de l’exécutif de Hong Kong, remise en cause par les protestataires, leur a lancé un nouvel avertissement : selon Carrie Lam, Hong Kong a atteint « une situation dangereuse » et la violence des manifestations pourrait la précipiter sur « la pente du non retour« .

Pour sa première déclaration publique depuis la paralysie lundi de l’aéroport international causée par les actions des manifestants, Carrie Lam a prédit qu’il faudrait du temps à Hong Kong pour récupérer, tout en insistant sur le fait que les autorités contrôlaient la situation.

L’Union européenne appelle toutes les parties à la retenue.

Hong Kong : Vers un nouveau Tian anmen?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité.

OK

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here