La source de cet article se trouve sur ce site

A Lyon 28, 29 et 30 novembre et le 1er décembre 2018 : Ils et Elles ont dit Non à la saison France-Israël devant la Maison de la danse mais aussi à l’intérieur !

La Maison de la danse accueillait la troupe « Batsheva Dance Compagnie » du 28 novembre au 1er décembre 2018. Dans le cadre de rassemblement organisés par l’AFPS Lyon et le Collectif 69 pour la Palestine, des citoyens déterminés ont participé à la mobilisation pour dire « Non à la saison France Israël ».

Panneaux de dénonciation, musique et interventions ont rappelé le scandale de la participation de la Maison de la danse de Lyon à une initiative totalement institutionnelle organisée le bureau du premier ministre d’Israël et neuf ministères de cet Etat. Les manifestants ont rappelé la dure réalité vécue par le peuple palestinien tels que les crimes commis à Gaza.

Ils ont rappelé qu’Israël utilise la culture pour améliorer son image à l’étranger, et ce, avec la complicité d’institutions culturelles. De nombreux spectateurs ont découvert le cadre institutionnel de cette soirée et ont été réceptifs à aux explications.

Le Premier soir, l’action s’est poursuivie à l’intérieur puisque des militant-es ont brandi des affiches retardant le début du spectacle sous les applaudissements des spectateurs.

La deuxième soirée, le public a été dans l’ensemble réceptif et attentif à nos explications. Un jeune couple a même décidé de rebrousser chemin, découvrant le cadre institutionnel du spectacle.

De nouveau les militants étaient présent pour la troisième soirée afin d’interpeller la « Maison de la danse » et les spectateurs se rendant au spectacle de « Batsheva Dance Compagnie » et de rappeler que Ohad Naharin, directeur du ballet Batsheva, n’est, en aucune manière, le rebelle trop souvent décrit comme l’explique l’article parut dans Politis le 23 novembre 2018.

La quatrième soirée de mobilisation à Lyon, contre la « Saison France Israël » s’est soldée par un bilan très positif puisque 4000 tracts ont été distribués et de nombreuses discussions ont été engagées avec les spectateurs. Ainsi la venue de « Batsheva Dance Company » aura fait l’objet d’une forte et visible opposition, loin de la banalisation voulue pas Israël.

Ces quatre soirs, ont été l’occasion de dénoncer la collusion d’institutions culturelles, telle que la « Maison de la danse » avec l’entreprise de propagande israélienne.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here