Y. Kupperwasser : un nouveau “printemps” pour Daesh et l’Iran

 Ces derniers jours, Israël a suivi de près l’offensive brutale de la Turquie contre les Kurdes dans le nord-est de la Syrie.

Le 10 octobre, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a condamné l’invasion turque, déclarant qu’Israël “met en garde contre le nettoyage ethnique des Kurdes par la Turquie et ses auxiliaires” et qu’Israël est prêt à apporter une aide humanitaire au brave peuple kurde. “

Cependant, les préoccupations d’Israël concernant l’opération turque vont au-delà du conflit entre Ankara et les Kurdes.

Le général de Brigade Yossi Kuperwasser, ancien chef de la division de recherche de la Direction du renseignement militaire de Tsahal (forces de défense israéliennes) et directeur général du ministère des Affaires stratégiques d’Israël, a déclaré à JNS que le renforcement des forces sunnites extrémistes affiliées aux Frères musulmans dans le nord-est de la Syrie «devrait nous perturber». Il a souligné que la Turquie avait lancé son offensive avec “des forces radicales et problématiques, qui exploitent le souhait des Etats-Unis de quitter cette région”.

En outre, a déclaré Kuperwasser, directeur du projet sur les développements régionaux au Moyen-Orient au Centre des affaires publiques de Jérusalem, l’Iran pourrait exploiter la situation avec ses propres milices chiites.

“L’Iran pourrait combler le vide laissé par les Etats-Unis dans le nord-est de la Syrie, ce qui leur permettrait d’établir un corridor terrestre reliant l’Iran au Liban“, a-t-il déclaré à JNS. “Cela pourrait être projeté jusque sur Israël, mais pas immédiatement.”

S’exprimant sur le fait que les forces de défense syriennes (FDS) dirigées par les Kurdes, ont signé un accord de coopération avec le régime d’Assad, dimanche soir, en réponse à l’assaut turc, Kuperwasser a déclaré que “si les Kurdes se sentent en détresse et que la pression américaine ne peut pas arrêter les Turcs, ils vont essayer de se lier avec Assad, ainsi qu’avec les Russes et les Iraniens, en leur demandant de coopérer avec eux. “

L’Etat islamique, lui aussi, bénéficiera vraisemblablement des événements en Syrie, a déclaré M. Kuperwasser, dans la mesure où «tous les autres sont occupés les uns contre les autres». L’Etat islamique a été «touché de plein fouet», a-t-il déclaré, “mais il n’est pas vaincu et il suffit, comme à présent, qu’on soulage la pression qu’on exerce sur lui pour qu’il relève la tête et qu’il puisse revenir à son stade de puissance antérieur. “

Le général quatre étoiles des États-Unis à la retraite Joseph Votel, ancien commandant du Commandement Central US, a lancé un vif avertissement dans un éditorial pour The Atlantic sur les dangers d’une résurgence de Daesh.

La décision de Trump de retirer les forces spéciales du nord de la Syrie, a écrit Votel, “menace de nous faire perdre cinq ans de lutte contre Daesh et portera gravement atteinte à la crédibilité et à la fiabilité américaines.”

La décision, a-t-il écrit, “a été prise sans consulter les alliés des États-Unis ni les hauts responsables de l’armée américaine et menace d’affecter de futurs partenariats au moment même où nous en avons le plus besoin“.

Alors qu’Israël peut fournir une assistance humanitaire aux Kurdes du nord de la Syrie et appliquer une pression diplomatique, a déclaré M. Kuperwasser, une intervention militaire est hors de question.

Interrogé sur l’impact potentiel de l’escalade rapide des événements en Syrie sur la sécurité régionale, M. Kuperwasser a déclaré qu’il était encore trop tôt pour le savoir.

“La puissance des différents acteurs et le poids de la dissuasion américaine sont en train d’être testés”, a-t-il déclaré, ajoutant que “nous en sommes encore à un stade précoce. On ne sait pas encore où il va. Dans ce contexte, nous devons donc attendre de voir quelles sont les répercussions. “

Une chose est claire, a déclaré Kuperwasser, c’est que ces événements n’ont aucune répercussion directe sur les relations américano-israéliennes.

“La profondeur de l’engagement des États-Unis envers Israël est très différente” de son engagement envers les Kurdes syriens, a-t-il déclaré.

En ce qui concerne la menace actuelle posée par l’Iran en Syrie, Kuperwasser a déclaré qu’Israël “n’a pas d’autre choix que de se défendre lui-même et qu’il continuera de le faire”.

Il a ajouté cependant qu’Israël “agissait de manière décisive pour empêcher l’établissement d’une base iranienne en Syrie, l’important dans ce contexte est que la pression économique américaine sur l’Iran continue”.

Tant que les sanctions sont maintenues, a-t-il déclaré, «En dépit des réussites ponctuelles [iraniennes] sur le terrain, l’infrastructure iranienne continue de s’éroder. Ils ne peuvent pas rester longtemps sans argent. Tout cela coûte de l’argent à la fin.

ARTICLES POPULAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Populaire cette semaine

Derniers Commentaires