Yves Mamou et Philippe Karsenty. Les Juifs. Pour ou Contre Zemmour?

LES + VUS CHEZ LES PRO

Les Juifs de France voteraient-ils majoritairement pour ou contre Éric Zemmour s’il devenait officiellement candidat à l’Election présidentielle ? Analyse d’Yves Mamou, journaliste et essayiste, et de Philippe Karsenty, homme d’affaires et porte-parole du Parti républicain américain en France.

Éric Zemmour passait déjà pour islamophobe. Serait-il en plus judéophobe ?

Éric Zemmour passait déjà pour islamophobe. Serait-il en plus judéophobe ? Les institutions juives, à commencer par le CRIF, la LICRAi, l’Association Les Fils et Filles de déportés juifs de France de Serge Klarsfeld, l’hebdomadaire Actualité juive, mais aussi certaines personnalités médiatiques comme Bernard-Henri Lévy, Jacques Attali, Alain Minc, Anne Sinclair, ont publiquement stigmatisé les propos d’Éric Zemmour : « discours de haine » , « propos monstrueux », « petit-fils de Charles Maurras », « détestable », « rance » , « pétainiste » … « Pas une voix juive pour Éric Zemmour », a ordonné le président du CRIF.

Étranges insultes énoncées par des personnalités médiatiques dont certaines ont adulé, parfois servi, un François Mitterrand décoré de la Francisque par le maréchal Pétain, qui faisait fleurir la tombe dudit maréchal chaque année et qui conservait toute son amitié à René Bousquet, le principal organisateur de la rafle du Vél’d’Hiv.

La vindicte juive qui s’abat aujourd’hui sur Éric Zemmour n’est pas due aux propos vigoureux qu’il tient contre l’islam. C’est plutôt sa définition de l’appartenance nationale qui a choqué. Dans son dernier ouvrage, La France n’a pas dit son dernier mot ( édité chez Rubempré), Éric Zemmour établit un parallèle (douteux) entre Mohamed Merah, le djihadiste de Toulouse enterré en Algérie, et ses victimes juives enterrées en Israël: ” Les anthropologues nous ont enseigné qu’on était du pays où on est enterré… Pour ce qui est de laisser leurs os, ils [Merah et ses victimes juives] ne choisissaient surtout pas la France. Étrangers avant tout et voulant le rester par-delà la mort.

Un front juif anti-Zemmour?

Le front juif anti-Zemmour qui semble s’être constitué n’a, en réalité, rien de monolithique. Les “institutionnels” (CRIF et autres institutions communautaires) n’ont jamais fait mystère de leur allégeance à Macron. Ils collent au Président en place comme ils ont collé à tous les Présidents qui se sont succédé depuis quarante ans. En bons Juifs de cour, ils veulent croire que seul l’État peut protéger les Juifs, oubliant qu’au XXe siècle c’est l’État français qui a ordonné le port de l’étoile jaune et organisé la rafle du Vél’d’Hiv.
De leur côté, les Minc, Attali, BHL, Anne Sinclair… incarnent le courant “progressiste” juif, négateur du danger islamiste et favorable au multiculturalisme.

Le retour prôné par Zemmour à la France d’avant l’immigration de masse leur laisse un goût de “rance” dans la bouche. Eux aussi se positionnent en opposition à Éric Zemmour… et pour la plupart au côté d’Emmanuel Macron.

En sus de ces deux courants, institutionnel et multiculturaliste, il en existe un troisième, plus composite, que les propos du polémiste heurtent. Ce courant mêle la droite et la gauche, va de Tribune juive à Barbara Lefebvre en passant par Guy Konopnicki, et nombreux sont ceux qui, au sein de ce courant, s’énervent de la réhabilitation de Pétain entamée par Éric Zemmour. Ce dernier n’a rien d’un négationniste, il ne nie pas l’existence des chambres à gaz, mais sa défense de la nation française lui fait considérer comme dommageable le lien des Juifs à Israël ainsi que le désir de s’y faire enterrer.

Pourquoi?

La prédisposition d’Éric Zemmour à unir contre lui certaines portions du judaïsme français interroge. S’il est potentiellement candidat à l’élection présidentielle, pourquoi tient-il à choquer ses coreligionnaires au point de s’aliéner le soutien de certains d’entre eux ? Deux hypothèses s’entrechoquent.
Accusé par l’extrême droite (Soral et Cie) d’être le candidat d’une communauté, Éric Zemmour pourrait avoir choisi de marquer sa distance. Auquel cas, cette démarche est absurde, car, pour les antisémites, un Juif restera toujours un Juif, quelle que soit la distance qu’il marque avec sa communauté.
Une autre hypothèse est envisageable : Éric Zemmour est peut-être le premier Juif qui, depuis l’affaire Dreyfus, se dresse pour rappeler à la France le contrat qu’elle a passé avec les Juifs il y a plus de deux siècles. En marquant son lien à la nation française, en affichant son hostilité au séparatisme cultuel et culturel musulman, Éric Zemmour illustre ce que le chercheur Danny Trom a nommé le rôle d’”opérateur que les Juifs ont eu dans le processus d’autodéfinition de la France républicaine depuis la Révolution française“.

En renonçant à être les membres d’une tribu ghettoïsée pour devenir des citoyens d’une nation, les Français juifs ont joué le jeu de l’assimilation. Ils ont conquis la liberté de culte, mais ils ont cantonné à la sphère privée tous les signes de leurs différences, culturelle et religieuse. L’adhésion des Juifs à la République et la reconnaissance par la France de la citoyenneté conférée aux Juifs ont représenté la preuve que la nation française avait commencé de se construire et pouvait le faire avec toutes les tribus du monde, pour peu que les membres de chaque tribu jouent le jeu de la citoyenneté et se soumettent aux lois de la République.

En se dressant contre le multiculturalisme et le communautarisme, Éric Zemmour rappelle la France à ses fondamentaux : que l’État redevienne l’État des citoyens plutôt que le promoteur du “vivre-ensemble”… lequel débouche inévitablement sur le “face-à- face”, comme le décrivait intelligemment l’ancien ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

Ce rappel à l’ordre irrite l’establishment juif et non juif, mais aussi les générations plus jeunes, qui n’ont pu apprécier la capacité intégratrice de la France d’avant les années soixante-dix, celle d’avant l’immigration de masse.

Une candidature d’Éric Zemmour est souhaitée par tous ceux qui souhaitent que le délitement national actuel cesse.

Mais s’il veut réellement devenir Président de la République, Éric Zemmour ferait bien aussi de cesser certaines provocations inutiles qui rappellent tristement celles dont Jean-Marie Le Pen abusait, lorsqu’au début des années quatre-vingt François Mitterrand lui faisait la courte échelle pour déstabiliser la droite.
Sinon, et pour utiliser une de ses expressions favorites, il pourrait devenir l’”idiot utile” à la réélection d’Emmanuel Macron en 2022.

© Yves Mamou et Philippe Karsenty

Avec Valeurs Actuelles. L’Incorrect. Espace de Libre Débat

SourceTRIBUNEJUIVE.INFO

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER ARTICLES POPULAIRES

ARTICLES CONNEXES

4 Commentaires

  1. C’est dommage, mais je ne voterai jamais pour Zemmour. Autant, je suis totalement d’accord avec lui sur le plan politique, autant je le rejette sur le plan de la judéïté et d’Israël. Comme tout renégat, il se déteste en tant que juif et son attitude à l’égard d’Israël est celle de tous les pires renégats : critique avec virulence à l’encontre de judaïsme, partisan sans concession de ceux que l’on appelle « palestiniens », donc nos ennemis.

  2. Alex
    Non il ne se rejette pas entant que juif
    Il dit simplement qu un français chrétien athée ou juif peut défendre la France comme un israélien le fait
    Sans se faire insulter de nationaliste nauséabond
    Attali Badinter sont une honte à leur judaïcité ils ont soutenu les mains pleine de sang de mitterand antisemite
    Quand Anne sinclair soutien de dsk ils ont fait honte à la France fric contre viol

  3. Juif francais
    Juif de france
    Juif d expression francaise
    Juif de langue francaise
    Juif de culture francaise
    Etc, etc,

    Cela n’existe pas!!!!!

    Je ne connais que des FRANCAIS, quelle que soit leurs religions, laics , ou athee.

    Le reste n ‘est que du nombrilisme, du supremacisme, du communautarisme a tendance fasciste.
    Je n’ entends personne s élever pour contrer les propos antisemites prononces contre Monsieur Eric Zemmour!
    Ou se trouve donc le crif, le bnvca,le consistoire, meyer habib ( le clone francais de jhonnathan pollard)
    Arnauld klarsfeld ( tellement francais qu il a prefere faire son service militaire dans l armée israelienne )
    Bhl qui est entre dans Gaza assis sur la tourelle d un char tel un gueridan a la tete d’une unite de chars nazis
    Ou est la licra, sos racisme

    Sont ils tous devenu racistes, fascistes, anti semites
    C est vrai que deja dans le parti fasciste de mussolini il existait une section juive qui luttait contre d autres juifs

  4. Dans l’affaire Zemmour nous avons oublié la question doublement millénaire que nous nous posions : Zemmour, FRANCAIS juif, ou Juif français, se présentant pour le poste : est-ce bon pour nous ?
    Son historique, et même les éléments repris dans l’article, nous démontre qu’il est plus Français juif que Juif français. Pendant cette campagne, qu’il le veuille ou pas, il attirera forcément l’attention sur les Juifs de la part de tout le monde (pro ou contre les Juifs); Ensuite, s’il est élu (? ? ? ) et qu’il applique son programme contre les immigrés (le fera t-il ? le pourra t-il ? ) que se passera t-il en France par rapport à sa judéité ? Quel climat dégagera t-il et ira t-il jusqu’au bout de son mandat ?
    Sera t-il une cible pour les musulmans, l’extrême gauche et l’extrême droite ?
    Ce sont toutes ces questions que l’on se pose sans compter le volet économique, le volet européen et politique extérieure.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE CETTE SEMAINE

Rejoignez nous sur Facebook