Zemmour Mélenchon: le grand remplacement

LES + VUS CHEZ LES PRO

Il y a eu Mohammed Ali contre Sonny Liston en 1965, puis Mike Tyson contre Lennox Lewis en 2002. Deux combats restés dans la légende. Le match de l’année 2021, lui, n’aura pas lieu entre quatre cordes, mais sur le plateau de BFM TV ce soir à 20 h 45. Il opposera Jean-Luc Mélenchon, leader de La France insoumise, à Éric Zemmour, potentiel candidat à l’élection présidentielle de 2022. Attendu de longue date, l’affrontement entre les deux intellectuels organiques de la droite et de la gauche promet d’être sanglant, tant Zemmour et Mélenchon ont des comptes à régler sur le plan personnel comme idéologique.

Qu’on le croit ou non, les deux hommes ne se sont pas toujours considérés comme des ennemis jurés. Des années 1980 à la fin des années 2010, quand Zemmour était plus proche du chevènementisme que de son actuelle ligne identitaire, ils partageaient même un certain nombre d’idées. Critique du libéralisme, mépris de la social-démocratie, admiration commune pour Karl Marx… « Je suis d’accord à 80 % avec Jean-Luc Mélenchon », assumait d’ailleurs Zemmour en 2010, dans On n’est pas couché (ONPC)« Sur le diagnostic » seulement, pondérait toutefois l’ancien sénateur socialiste.

Longue de vingt ans, la mésentente cordiale entre “le Z” et l’ex-patron du Front de gauche aurait de quoi surprendre aujourd’hui. En 2010, Zemmour a volontiers joué les entremetteurs pour Mélenchon, organisant une rencontre avec Henri Guaino, alors conseiller spécial du président Nicolas Sarkozy, au restaurant de l’Institut du monde arabe. Deux ans plus tôt, le duo avait même trinqué aux 50 ans d’Éric Zemmour, lors de sa fête d’anniversaire. Sympathique soirée déguisée sur le thème de Napoléon, dans le décor du château de Malmaison, ancienne demeure de Joséphine de Beauharnais. Mais un jour ou l’autre, l’idylle devait prendre fin.

Également présent aux 50 ans de Zemmour, Jean-Christophe Cambadélis a senti la fin approcher dès cette nuit si particulière. « J’ai vécu cette soirée comme un adieu de Zemmour à la gauche, confie celui qui fut premier secrétaire du Parti socialiste, à Valeurs actuellesAinsi qu’au souverainisme de ses jeunes années. » Son intuition se confirmera six ans plus tard, avec la publication du Suicide français (Albin Michel). Éric Zemmour connaît alors une starification telle que la gauche fait de lui son ennemi public n° 1, Mélenchon en tête. Leurs derniers débats ont donc lieu en 2014. D’une âpreté sans commune mesure avec leurs échanges sur ONPC, ces affrontements mettent un point final à leurs liens privés et publics. Le tutoiement amical des débuts laisse place à un vouvoiement glacial, la cordialité à l’injure. « Vous êtes un apprenti traître à la patrie ! », scande par exemple Mélenchon, lors d’un débat retransmis sur la chaîne YouTube Big Ebra.

S’ensuivront sept années de silence et de piques lancées au gré d’entretiens et de pamphlets. Mais ce soir, les vieux rivaux se retrouvent enfin. « L’enjeu de cette soirée est de savoir qui aura le monopole du “bruit et de la fureur” », soutient Jean-Christophe Cambadélis, reprenant une célèbre tirade prononcée par Mélenchon lors de la campagne de 2012. Mais peut-être n’est-ce pas l’unique enjeu de ce débat pour le champion de la “droite hors-les-murs”. Malgré leur brouille, l’ex-chroniqueur de Face à l’info n’a jamais cessé d’affirmer que Jean-Luc Mélenchon était le dernier homme politique français doté d’une véritable consistance historique et culturelle. Une carrure de “grand homme” dans un paysage de “nains”. En l’affrontant, Éric Zemmour n’essaierait-il pas de prouver à sa manière qu’il est lui aussi à la hauteur des plus hautes fonctions ? Le débat de ce soir tranchera. Car à la fin, il n’en restera qu’un.

CONFIDENTIEL

SourceJFORUM.FR

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER ARTICLES POPULAIRES

ARTICLES CONNEXES

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE CETTE SEMAINE

Rejoignez nous sur Facebook